Kongo central : le Ministre Mak Matondo entre dans l’histoire de la province grâce à plusieurs actions d’intérêt communautaire

Le Ministre provincial Mak Matondo est ,sans l’ombre d’un doute, le maillot jaune du gouvernement Guy Bandu. En moins de 2 ans, ce digne fils Kongo a marqué les esprits grâce à son esprit managérial à la tête d’un grand portefeuille qui comprend les Mines, Transports et Voies de communication.

Au cours d’une conférence de presse organisée le dimanche 17 mars 2024 à Mbanza-Ngungu, le Ministre provincial Mak Matondo a présenté quelques actions réalisées en faveur de la population du Kongo central depuis sa nomination en juin 2022 par le Gouverneur Guy Bandu Ndungidi.

Le cahiers des charges à responsabilité sociétale, un pari gagné pour la province

Devant les professionnels de médias, le patron des Mines s’est réjoui du respect de l’article 285 sexies du nouveau code minier obligeant les sociétés exploitant les carrières de la province à initier les oeuvres sociales au profit de la population impactée.

« C’est une disposition légale. C’est le code minier promulgué depuis mars 2018. Il y a des Gouverneurs et des Ministres des Mines qui sont passés mais cette disposition était en souffrance. Il a fallu rappeler aux entreprises à pouvoir se conformer. Nous avons pensé travailler pour la population. À ce jour, nous ne pouvons que nous jeter des fleurs puisque nous venons de décrocher un jackpot. C’est une première pour la province et c’est historique. Je suis le tout premier Ministre des Mines qui a sillonné toutes les carrières et toutes les entreprises qui produisent du ciment parce que j’avais cette volonté de palper cette réalité« , a-t-il expliqué.

Ainsi, plusieurs entreprises qui exploitent les matériaux de construction à l’usage courant se sont conformées en signant le cahier des charges avec les communautés locales. Pour la cimenterie PPC, les projets retenus qui seront exécutés à une période de cinq ans sont chiffrés à 1,9 millions de dollars; 1,19 millions pour la CIMKO; 1,5 millions pour la CILU et 200.000 pour la CIKO.

En sus, cette disposition légale concerne également les carrières de construction qui exploitent les caillasses, les moellons et le sable. Deux entreprises de Kasangulu se sont conformées pour chacune une somme de 200.000 dollars.

Le Ministre Mak Matondo a révélé que la signature du cahier des charges oblige toutes ces entreprises à réaliser des œuvres pour les communautés locales notamment la construction des routes, des hôpitaux, des marchés, des forages d’eau et l’électrification. Il a promis de veiller au respect de cette disposition et de sanctionner sévèrement les récalcitrants.

Le contrôle technique, un autre moyen pour diminuer le taux d’accidents sur la RN1

Par la même occasion, le Ministre qui s’occupe également des Transports et Voies de communication au niveau de la province, a évoqué l’innovation visant à réglementer le contrôle technique.

« Nous avons trouvé un seul centre de contrôle technique dans la province. À ce jour, nous avons plus de 6 centres. Les accidents que nous enregistrons c’est aussi à cause des défaillances techniques car la plupart de véhicules ne sont pas contrôlés. J’ai proposé un projet d’arrêté pour réglementer le contrôle technique. J’ai pris le courage de le défendre au niveau du conseil des Ministres et ça été validé. Notre détermination c’est d’épargner la population contre les accidents mais aussi de mettre fin à l’opacité dans les recettes générées par les services sectoriels qui délivrent les documents d’expertise de contrôle technique« , a-t-il indiqué.

Concernant les embouteillages monstres enregistrés ces derniers jours sur la RN1, le Ministre Mak Matondo a précisé que cette route n’est pas gérée par son ministère. Elle dépend directement du Ministère des ITPR qui est chargé pour sa construction.

« Lorsque qu’il y a des embouteillages, les gens s’en prennent au Ministre des Transports. Mais je ne suis qu’un simple utilisateur. La route est construite par nos amis des ITPR et supervisée par l’Agence congolaise des grands travaux. Malheureusement, lorsque les travaux sont lancés nos amis ne nous informent pas. À l’approche des festivités de 2024, j’avais déjà alerté et proposé au conseil des Ministres pour qu’il y ait des routes secondaires afin d’éviter les embouteillages« , a-t-il expliqué.

En moins de deux ans, le Ministre provincial Mak Matondo a apporté un nouveau vent dans les secteurs sous sa tutelle à savoir les Mines, Transports et Voies de communication. Très actif sur terrain, ce membre du gouvernement provincial qui bénéficie de la confiance du Gouverneur Guy Bandu ne travaille que pour l’intérêt de la population. Grâce à ses actions de grande envergure, le Ministre Mak Matondo Kua Nzambi restera dans les annales de la province chère au grand Prophète Simon Kimbangu.

Dieu Nkembo Wankebila

Partager sur :

Derniers articles

TENASOSP 2024: le Kongo central 2 a inscrit 27 063 candidats dont 12 745 filles

Le Test National de Sélection et d'Orientation Scolaire et Professionnelle (TENASOSP) édition 2023-2024 a...

Lukala : un motard retrouvé mort deux jours après sa disparition

Un motocycliste prénommé José a été retrouvé mort le vendredi 7 juin 2024 au...

Mbanza-Ngungu : grave accident de circulation sur la RN1

Un grave accident de circulation s'est produit dans la matinée (vers 8heurers) de ce...

À ne pas rater

TENASOSP 2024: le Kongo central 2 a inscrit 27 063 candidats dont 12 745 filles

Le Test National de Sélection et d'Orientation Scolaire et Professionnelle (TENASOSP) édition 2023-2024 a...

Lukala : un motard retrouvé mort deux jours après sa disparition

Un motocycliste prénommé José a été retrouvé mort le vendredi 7 juin 2024 au...